Pour que les bonnes idées deviennent de bonnes actions
Que voulez vous faire ?

Accueil > APPRENDRE > Arts & Culture, Autour de la voile

Étude d’œuvre musicale « La mer » de Debussy

Pistes pédagogiques autour de l’œuvre musicale de Debussy « La mer ».
« Vous ne savez peut-être pas que j’étais promis à la belle carrière de marin, et que seuls les hasards de l’existence m’ont fait bifurquer. Néanmoins j’ai conservé une passion sincère pour Elle. » Claude Debussy septembre 1903.

La mer – Éducation musicale

COMPÉTENCES VISÉES Être capable de :
– Décrire des œuvres de différents domaines artistiques en détaillant certains éléments constitutifs, en
les situant dans l’espace et le temps et en utilisant quelques termes d’un vocabulaire spécifique.
– Exprimer une émotion et émettre un point de vue.
– Découvrir différentes familles d’instruments de l’orchestre.
CPD Arts visuels – DSDEN72

COMPOSITEUR : Claude DEBUSSY (1862-1918)
Mouvement 1 : de l’aube à midi sur la mer
Mouvement 2 : jeux de vagues
Mouvement 3 : dialogue du vent et de la mer

Quelques repères sur le compositeur Claude Debussy
Il est né le 22 août 1862 à Saint-Germain-en-Laye et meurt le 25 mars 1918 à Paris. Il entre au Conservatoire de Paris à 10 ans pour suivre des études de pianiste, mais choisit de devenir compositeur.
Très attiré par les autres arts, notamment la poésie et la peinture, Debussy écrit de nombreuses mélodies sur des poèmes, et sa musique est souvent comparée au mouvement pictural impressionniste.
Il s’inspire de nouvelles sonorités, comme celle de la musique russe et des musiques extra-européennes découvertes à l’Exposition universelle de 1889.
Son œuvre la plus importante est l’opéra Pelléas et Mélisande, qui l’occupe pendant de nombreuses années et qui lui vaudra la reconnaissance de son talent et de son originalité.
Avec l’âge, il ressent de plus en plus le besoin d’affirmer l’identité de la musique française et signe « Debussy, musicien français ».

ŒUVRE : La Mer (1903-1905)

C’est l’une des plus célèbres pièces jamais écrite pour orchestre. Elle va beaucoup plus loin que toutes
les œuvres composées auparavant (par Debussy ou par tout autre compositeur) en reproduisant
l’essence même de cet élément naturel si évocateur. La Mer n’est pas qu’un simple exercice de
peinture musicale, mais plutôt une transposition sonore des innombrables pensées, états d’âmes et
réactions instinctives que la mer suscite dans l’âme humaine.
Cette œuvre comprend trois mouvements : de l’aube à midi sur la mer, jeux de vagues et
dialogue du vent et de la mer.
FORME : Poème symphonique : composition musicale de forme libre, destinée à un orchestre
symphonique. Il ne comporte généralement qu’un mouvement et s’inspire le plus souvent d’une idée,
d’un poème ou d’un texte littéraire.
TYPE DE FORMATION : orchestre symphonique

Piste pédagogiques :

Mouvement 1 : « De l’aube à midi sur la mer » :

C’est la lumière sur la mer qui inspire ce premier mouvement, progressant de l’instant qui précède le
lever du soleil au rayonnant soleil de midi. Claude Debussy divise ce mouvement en quatre parties. La
première est une introduction lente qui s’éveille progressivement et de laquelle émerge un thème qui
mêle le timbre du cor anglais et d’une trompette en sourdine. Ce thème réapparaît dans la suite de
l’œuvre même s’il subit des transformations. Debussy fait ensuite s’enchaîner deux parties centrales.
Toutes deux s’animent et traduisent différents scintillements, reflets ou autres jeux de lumière pour
revenir au presque silence. Dans la première, un autre thème apparaît joué par les quatre cors en
sourdine. Il est rejoué à de nombreuses reprises, provoquant à chaque fois une nouvelle « réaction » de
l’orchestre. La deuxième partie est plus rythmée, va plus loin dans la nuance et renforce l’effet de
luminosité croissante. Une coda conclut ce mouvement dans laquelle un puissant crescendo amène une
éblouissante mélodie des cuivres doublée du timbre brillant des cymbales et du tam-tam.

ÉLÉMENTS D’ANALYSE RETENUS et PISTES PÉDAGOGIQUES
Mouvement 1 : « De l’aube à midi sur la mer »
Écouter jusqu’à 2’15

Écoute 1 : laisser les élèves s’exprimer sur ce qu’ils ont entendu.
Écoute 2 : mimer corporellement les familles d’instruments reconnues. (timbales, cordes, vents…)
Écoute 3 : lever la main lorsque l’on entend l’émergence des instruments à vent.
Écouter ce mouvement en entier par petits extraits en portant une attention particulière sur les nuances : repérer les moments « piano » / les moments « fortissimo »

Mouvement 2 : « Jeux de vagues »

Ce mouvement à trois temps pourrait être le scherzo d’une symphonie. Debussy joue une fois encore
en virtuose des timbres de l’orchestre, pour nous donner par exemple l’impression qu’une vague
traverse l’orchestre. Mais la particularité peut-être la plus originale de cette esquisse est que les motifs
sont comme entendus à travers un prisme, un kaléidoscope musical, au cours d’une succession
d’épisodes évoquant des jeux de vagues aux caractères variés.

Mouvement 2 : « Jeux de vagues »
Écouter jusqu’à 2mn

Écoute 1 : laisser les élèves s’exprimer sur ce qu’ils ont entendu.
Écoute 2 : Mimer la harpe lorsqu’elle intervient. Présenter cet instrument.
Écouter la fin du mouvement par petits extraits

Mouvement 3 : « Dialogue du vent et de la mer »

C’est le plus théâtral des trois mouvements. Sous la forme d’un rondo, Claude Debussy crée une scène
parfois proche du chaos, aux mouvements mélodiques qui se soulèvent du grave de l’orchestre pour
redescendre, aux nombreux crescendo-diminuendo, et aux impressionnants effets de percussions. Le
thème du vent est celui du refrain, exposé conjointement par le hautbois, le cor anglais et le basson. Le
mouvement général de cette dernière esquisse, même s’il rencontre des accalmies, va en s’amplifiant,
se concluant dans une magistrale nuance triple-forte.

Mouvement 3 : « Dialogue du vent et de la mer »

Individuellement ou collectivement visionner l’extrait proposé sur Internet qui illustre toute la richesse de la palette orchestrale composée par Debussy.
Les familles d’instruments émergeant successivement dans ce mouvement sont très clairement présentées.
Demander aux élèves de s’exprimer sur la finale puissante de l’œuvre (amplification, nuance triple-forte…)

Prolongements éducation artistique et culturelle

Initiatives

Vous aimerez aussi